Archive: Poèmes

A la mémoire de la résistance

Aux enfants de la démocratie, qu'a-t-on dit de Vichy ?
Dans les livres d'histoire des écoles, pendant les trente glorieuses,
Une petite fille ne savait rien.
Les Gaulois, Charlemagne, François 1er, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI,
La Bastille, Napoléon Bonaparte, la guerre de 1870, la guerre de 1914-1918,
Mais après ?
Les grands-mères parlaient des Poilus,
Les parents parlaient d'une drôle de guerre,
Le général DE GAULLE trônait sur les murs.
Qui parla de la milice, de la gestapo ?
Qui parla des Juifs ?
Qui m'apprit les corps mutilés, humiliés,
Les coups bas, les déportés ?
Une moitié de la France ignora les exodes,
Les disparus, les dénoncés, les déportés à jamais.
Pour enrichir ma mémoire, Vassieux-en-Vercors
Et ses dignes maquisards,
Au musée de la résistance,
À Monsieur La Picirella.


                                        Madame Thérèse BASSEZ.

Vaincre ou mourir

Je revois, en vision d'enfant, ce petit coin charmant,
Petit village de la Drôme, dont je suis fier
d'être un homme.

Je revois aujourd'hui ses arbres fruitiers et ses plantes sauvages,
Mais l'on dit, non sans émoi, chère Drôme,
Que ton nom est beau, où sont tombés tant de Héros,
Toi, dont le sol foulé, devrait être à jamais sacré.

Et tu donnes à la France, comme tant d'autres provinces,
Tes soldats, tes hardis capitaines.

Dans l'histoire, longtemps on parlera de ceux qui sont tombés là-bas
En montagne du Vercors où nul n'a besoin de décors
Pour dormir dans la paix ou désormais, il faut prier
Pour que nos petits enfants puissent jouer,
Sans voir leur maman pleurer.

C'est le voeu le plus fier et droit
Que forment tous les petits Drômois.


                                                   
Madame Adrienne COISSIEUX   

Sommaire  Avril 1944  Bozambo  Lente Archives